Le Palio – BOULAZAC

1 Avril 2023 – 20h

2 Avril 2023 – 16h

L’équipe artistique

Direction artistique – Cheffe d’orchestre

Chloé MEYZIE

À l’orée de sa carrière, Chloé Meyzie est nommée directrice artistique et musicale de l’Ensemble Instrumental de la Mayenne, orchestre professionnel à géométrie variable.

Elle devient, en 2021, le maître d’œuvre du Labopéra Périgord-Dordogne, projet d’opéra coopératif faisant partie du réseau national de La Fabrique Opéra. Après une première édition consacrée à Carmen de Bizet (2022), elle dirigera La Traviata de Verdi lors de l’édition 2023.
Lauréate de l’édition 2021 de l’International Conducting Competition de Bucarest avec le Bucharest Symphony Orchestra, Chloé remporte le BMI Award (Bucharest Music Institut Award) à l’issue de la finale du concours.

Parallèlement à sa formation initiale au conservatoire à rayonnement régional de Limoges (DEM de musique de chambre, saxophone, analyse et histoire de la musique), elle étudie la musique et la musicologie dans le cadre d’un cursus universitaire. Elle est ainsi diplômée de Paris-Sorbonne (Licence) et de l’Université de Tours (Master et Doctorat). En 2015, elle obtient le titre de Docteure en musique et musicologie en soutenant une thèse sur les grands orchestres de jazz en France depuis 1945 à nos jours. Son statut de conférencière et de chercheuse l’a conduit, en plus de sa participation à de nombreux colloques, à collaborer à la rédaction de plusieurs ouvrages (Les territoires du jazz ; La Catastrophe apprivoisée : Regards sur le jazz en France ; Jazz Research Journal – Equinox, Vol. 5).

Dans le domaine de la direction d’orchestre, elle reçoit tout d’abord les conseils de Philippe Nahon avant d’être formée à l’École Normale de Musique de Paris. Elle travaille alors auprès de Dominique Rouits. Elle est ensuite repérée par Cristian Macelaru et s’est également formée auprès de Christian Ehwald, Sigmund Throp, Jorma Panula, Kenneth Kiesler, Marin Alsop, Grant Llewellyn, Jin Wang et Riccardo Frizza. 

Plusieurs projets lui ont déjà permis de réaliser de belles rencontres artistiques dans de nombreuses régions de France mais aussi à l’international (Roumanie, Italie, Allemagne, Autriche, Grèce, Hongrie et États-Unis). Chloé a ainsi eu l’opportunité de diriger, entre autres, l’orchestre Colonne (Paris), l’orchestre du Maggio Musicale (Florence), le Romanian Chamber Orchestra, le Bucharest Symphony Orchestra, la Camerata Regala, le Danube Symphony Orchestra, le Danubia Zeneka, l’ensemble Entre Sable et Ciel et l’Orchestre National de Bretagne. En tant que cheffe d’orchestre assistante, elle collabore avec le festival Music in the Alps en Autriche (2018). 

En 2020, elle se tourne vers l’opéra baroque et dirige Alcina de Haendel lors de l’Académie Lyrique de Vendôme. Enfin, elle a été cheffe assistante auprès de Dominique Rouits pour l’orchestre de l’Opéra de Massy lors de la saison 2017-2018.

Metteuse en Scène

Gersende MICHEL

Tout d’abord assistante puis metteuse en scène de théâtre, j’ai rencontré l’opéra en 2009. C’était Rigoletto de Verdi et ce fut un choc, une évidence, une perspective dans mon métier de metteuse en scène que je n’avais pas envisagée jusque-là. J’ai eu la chance depuis d’aborder Aïda et La Traviata de Verdi, La Bohème et Madame Butterfly de Puccini ou encore Roméo et Juliette de Gounod ! J’ai collaboré avec des chefs d’orchestre tels que Mélanie Thiébaud, Jacques Blanc, Debora Waldman et Patrick Souillot.
J’alterne les mises en scène de théâtre et d’opéra, les unes nourrissant les autres, en me posant toujours la question de l’émotion qui nous réunit dans une salle de spectacle et de l’histoire que l’on décide chaque jour de raconter pour vivre mieux ensemble.

CHEFFE de CHANT

Juliette JOURNAUX

Lauréate de plusieurs concours internationaux, la pianiste Juliette Journaux s’est formée auprès des plus grands maîtres au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. C’est auprès de Hortense Cartier-Bresson et Emmanuel Strosser que Juliette se perfectionne en tant que concertiste.

Très tôt passionnée par le répertoire de l’opéra, elle se forme comme cheffe de chant dans la classe de Jean-Frédéric Neuburger, et Jeff Cohen avant d’intégrer le prestigieux master de direction vocale dirigé par Erika Guiomar.

Juliette Journaux est régulièrement invitée comme pianiste soliste dans de prestigieuses salles en France et à l’étranger. Elle fait notamment ses débuts à la Salle Pleyel à l’âge de treize ans à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Chopin sous le parrainage de la pianiste Brigitte Engerer ; puis à la Laeizhalle de Hambourg en 2016, au Hoshimata Hall de Tokyo en 2018 et plus récemment pour une tournée de dix récitals en Chine dans les salles les plus importantes du pays.

C’est à partir de la saison 2015-2016 que Juliette est sollicitée comme cheffe de chant dans de grandes maisons d’opéra : l’Opéra Impérial de Compiègne au sein de la troupe des Frivolités Parisiennes (2016), à l’Opéra de Lille (2017) ou encore à l’Opéra Comique dans la création du dernier opéra de Violeta Cruz en collaboration avec l’Ircam (2018). Pour la saison 2018-2019, Juliette est engagée comme cheffe de chant à la Philharmonie de Paris, à l’Opéra de Massy, également pour la production Tosca d’Opera en Plein Air et continue sa collaboration avec l’Opéra Comique.

Juliette construit sa carrière entre les lumières de la scène et l’ombre des coulisses, une polyvalence rare qui fait la force de sa personnalité artistique. Elle s’épanouit également dans le répertoire du lied et de la mélodie qu’elle approfondit auprès d’Anne Le Bozec dans le cadre du master d’accompagnement vocal au CNSMDP.

C’est en 2018 que Juliette rencontre le monde du cinéma. Elle collabore notamment pour la bande originale d’un manga japonais retraçant la carrière d’un jeune pianiste qui sera diffusé sur la chaîne
nationale en 2019. Elle est également engagée comme doublure piano de l’actrice Joséphine Japy pour le dernier film de Hugo Gélin, en salle en Avril 2019 puis joue une jeune pianiste dans la série
Les Sauvages de Rebecca Zlotowski produite par Canal+.

Cette carrière naissante est soutenue par de nombreuses fondations : la Fondation Royaumont qui lui permet d’approfondir son répertoire sur des pianos d’époque, la Fondation Safran qui sponsorise
ses différents projets, et enfin la Fondation l’Or du Rhin qui l’accompagne dans son cursus au CNSM de Paris.

CHEF DE CHOEUR

Jean-François BULART

Jean-François Bulart est né à Merville dans le Nord, où il commence une formation musicale dès son plus jeune âge. Il se découvre une passion pour le chant lyrique et sa pratique à l’université de Lille où il obtiendra une licence de musicologie en 1989. 

Quelques années plus tard, il intègre le chœur de La Grande Écurie et la Chambre du Roy, dirigé par JC Malgoire, puis celui de l’opéra de Rouen, Lille et Nice.

En parallèle, il est formateur en entreprise sur la bonne utilisation de la voix dans les métiers de la communication, professeur de chant en milieu choral pour l’association Multiphonie, union de chorales du pas de calais et directeur artistique d’un quintet gospel labélisé par le conseil général des hauts de France.

Ayant été remarqué par le baryton Jean Claude Van Dam lors d’une audition à Paris, il intègre après concours le chœur de l’Opéra de Bruxelles en 2006.

En 2008, étant tombé sous le charme de la Dordogne suite à un court séjour et désireux de s’y établir, il auditionne à l’opéra de Limoges et fait partie de son chœur depuis.

Jean-François est également compositeur, membre de la SACEM depuis 1984.

PIANISTE-ACCOMPAGNATEUR

Jean-Baptiste COUGOUL

Professeur agrégé d’éducation musicale et chant choral, Jean-Baptiste Cougoul a d’abord obtenu des Diplômes d’Études Musicales en piano, musique de chambre et accompagnement dans les conservatoires de Bergerac puis Bordeaux (classes de Françoise Larrat, Jean-Claude Cruciati).

Tout en poursuivant sa formation en accompagnement et en direction de chœur, il valide un Master Recherche en Arts mention Musique à l’université Michel de Montaigne de Bordeaux. Il intègre ensuite le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans les classes de Claude Ledoux, Yves Henry, Pierre Pincemaille puis Thierry Escaich, et y obtient en 2014 un master d’écriture et d’analyse supérieure.

La même année, il entre dans l’éducation nationale et dès lors, s’implique activement dans les chorales de ses différents établissements. Il poursuit parallèlement des activités de pianiste accompagnateur et d’arrangeur et collabore notamment avec les compagnies Chant Libre, Chants de Garonne, Opéra Bastide, Le Renouveau Lyrique, Opéra Clandestin, ainsi qu’avec diverses chorales de région parisienne et de Nouvelle Aquitaine. Depuis peu, il intervient également dans les classes d’instruments du conservatoire de la ville de Périgueux. Il est aussi pianiste de plusieurs groupes de chansons françaises (Yordan, Vover). 

ASSISTANT MISE EN SCÈNE

Antoine ALCARAZ

Jeune comédien et dramaturge originaire de Périgueux, Antoine Alcaraz a grandi dans la passion du théâtre et des arts de la scène. Il commence à jouer en amateur très tôt et choisit de se professionnaliser.

Après un passage au Conservatoire départemental du Puy-en-Velay, il sort diplômé en juillet 2022 de l’école supérieure du Théâtre du Jour à Agen après trois ans intensifs à incarner de nombreux rôles devant du public. Dans le cadre de ses études, il a également écrit et mis en scène un spectacle jeune public, joué devant près de 400 personnes de tout âge.

Il s’épanouit autant dans un registre tragique que dans les difficultés du genre de la
comédie. Sous la direction de plusieurs metteurs en scène dont Agnès François, Françoise Danell-Debauche, il a notamment interprété le Moine (L’Auberge Rouge de Claude Autant-Lara), Antiochus (Rodogune de Corneille), Escalus (Mesure pour mesure de Shakespeare), Gaëv (La Cerisaie de Tchekhov).

Il a eu l’opportunité, durant sa formation de comédien, de suivre les master-classes d’Elsa Lepoivre de la Comédie Française, de Michel Azama, de Benoît Solès ou encore de Jean-Claude Drouot. Il a également développé des compétences en guitare, en chant, en claquettes, en danse, ainsi que dans plusieurs sports de combat.

Ce parcours pluridisciplinaire l’a amené à rejoindre, en octobre 2022, le projet de la Traviata
du Labopéra Périgord-Dordogne en tant qu’assistant mise en scène.

Coach de danse

Sophie CHAVEROU-PERRY

©Marco Iacono

J’ai débuté la danse très tôt (5 ans) par une formation en danse classique et en modern jazz pendant 10 ans à l’école de danse Navarro de Bergerac, ville dont je suis originaire. Je suis partie ensuite à Bordeaux poursuivre des études de Lettres Modernes et valider un Master 2 en littérature générale et comparée à l’Université Michel de Montaigne et je suis devenue enseignante de Lettres dans divers établissements agricoles. Je suis aujourd’hui en poste au lycée La Peyrouse de Périgueux. 

De retour à Bergerac j’ai intégré pendant 10 ans l’association des Chicas del Sol qui propose des cours de flamenco et de sévillanes. Le but de cette association est de diffuser la culture andalouse et d’animer la vie locale. Elle a créé il y a quelques années un festival pourpre de flamenco qui se déroulait au mois d’août et permettait à des artistes: chanteurs, guitaristes, danseurs…. de se produire dans la ville de Bergerac. L’association faisait la première partie des spectacles proposés. Nous avons également participé au Festival Arte Flamenco de Mont de Marsan sur la scène amateurs. Les personnes qui m’ont initiée sont Tita et Elsa Le Clech. J’ai également suivi plusieurs stages avec la danseuse et chorégraphe Eva Luisa. J’ai eu envie de me diriger ensuite vers une approche très libre de la danse : la danse intuitive et le Life Art Process avec Gwenaëlle de la Voix qui Danse. Le but ici est de donner la parole au corps en créant un dialogue entre le mouvement dansé, le dessin et l’écriture créative. 

Actuellement, je participe également à des projets artistiques en Sicile. L’été 2021, avec le vidéaste Marco Iacono, pour une mise en scène photographique autour d’une scène du film Respiro de Crialese. Pour le 9eme Simposio d’Arte e Laboratorio de la ville de Cefalu au mois d’août 2022, j’ai accompagné l’artiste suisse Barbara Hennig Marques pour une performance en hommage à la photographe sicilienne Letizia Battaglia. 

J’ai découvert le dispositif Labopera grâce à une collègue d’Education Socio Culturelle qui a intégré 2 classes de la filière agro-alimentaire du lycée La Peyrouse dans l’organisation d’un apéropera et la participation chantée sur scène du célèbre air de la Habanera. J’ai été enthousiasmée par ce projet coopératif qui ouvre l’univers méconnu de l’opéra à tous. J’ai pu avec 3 de mes classes étudier le mythe littéraire de Carmen à partir de l’œuvre de Mérimée et ses diverses interprétations dans le cinéma, le flamenco avec Antonio Gades et la poésie espagnole de Federico Garcia Lorca avec ma collègue de langue. Cette année, je travaille en littérature avec 2 classes sur La Traviata. Lors de ma première rencontre avec Chloé Meyzie, j’étais très intéressée par la nouvelle appropriation qu’elle souhaitait mener avec Gersende Michel au travers d’une lecture plus contemporaine de Carmen revendiquant pleinement sa liberté de femme. Je l’ai questionnée sur la place de la danse dans cette nouvelle version Labopera 24 en évoquant mes activités personnelles dans l’univers du flamenco. Elle m’a contactée quelques mois après pour que je puisse rencontrer Gersende Michel qui souhaitait intégrer dans l’acte 2 pour l’air des tringles des sistres un moment évoquant les origines andalouses et l’incarnation primitive de Carmen. J’ai dans un 1er temps réfléchi conjointement avec Gersende selon la mise en scène qu’elle souhaitait et comment cette mise en abîme pouvait être amenée. Puis j’ai rencontré les solistes avec qui j’ai travaillé les postures, gestes avant de produire la chorégraphie où nous dansions ensemble. Ce fut un moment très stimulant de créativité et d’échanges avec les artistes. J’ai pu avoir un double regard sur ce 1er Labopéra en le vivant professionnellement dans une démarche pédagogique et personnellement dans une collaboration artistique.
Pour cette nouvelle version 2023 autour de la Traviata à laquelle je suis ravie d’être à nouveau intégrée, j’accompagnerai 20 choristes dans le chœur des Zingarelle e matadori. J’ai pu rencontrer le groupe et débuter le travail de postures et gestuelles. Un groupe motivé, dynamique, animé d’un bel élan. Je vais donc intervenir régulièrement auprès d’eux pour les amener à intégrer progressivement le geste, la danse au chant. Je suis très enthousiaste de vivre à nouveau les étapes de réflexion, recherche, création et validation de la chorégraphie avec Gersende puis de passer à sa mise en œuvre avec le groupe de choristes. 

Nous contacter

Vous êtes chanteuse, chanteur lyrique et souhaitez tenter votre chance lors des prochaines auditions ?

Vous voulez participer au projet, en tant que bénévole pour faire partie de la production ?

Vous croyez en nos valeurs et souhaitez nous soutenir ?

Vous faites partie d’un CE et voulez avoir quelques renseignements pour prendre des places par son biais ?

Vous avez des idées pour faire connaître et soutenir notre projet ?

Prenez contact avec notre équipe !